El Tigre

Archéologie maya > Campeche > Campeche

Télécharger Télécharger Télécharger

SaisirSaisir

Fermer

Partager

Le port fluvial le plus important entre le Petén et la côte du Campeche

El Tigre, également connu sous le nom de Itzamkánac, fut la capitale du caciquat maya d’Acalán qui est considéré, selon les sources du XVIe siècle, comme le marché public le plus important du monde maya. Sa période d’occupation va du Préclassique moyen à l’époque protohistorique. Le site se trouve dans le sud-ouest de l’état du Campeche, dans la municipalité de Candelaria, à 40 kilomètres du village du même nom.

Le site est composé de six groupes architectoniques. L’exploration des édifices de la zone centrale n’a pas révélé de style bien défini mais a permis de découvrir une place cérémonielle de plus de 200 mètres de long, fermée par des soubassements pyramidaux, ainsi que des mascarons anthropomorphes datant du Préclassique.

El Tigre s’étend sur une colline située sur la rive gauche du fleuve Candelaria et couvre une superficie d’environ cinq kilomètres carrés. Le centre de cérémonie compte quatre grandes structures et six structures plus petites, deux places, treize autels et trois stèles lisses. L’absence de style architectural défini est surprenante étant donné que les quatre structures principales son très différentes l’une de l’autre, bien qu’il existe une parfaite planification de l’espace central.

La place est fermée du côté sud par la Structure I, du côté est par la Structure II, et du côté ouest par la Structure III qui forme, avec la Structure IV, la deuxième place. La Structure I comprend une grande plate-forme de 149 mètres de long, 132 de large et 9 de haut, sur laquelle ont été construites quatre petites structures appelées plates-formes. Au fond, se dresse une pyramide de 23 mètres de haut dotée d’un escalier central.

On trouve trois jeux de pelote : un en face de la Structure I, un autre plus petit situé à 200 mètres au nord et un troisième sur le sacbé, secteur qui n’a pas encore été exploré.

L’histoire indique qu’Hernán Cortés, en route vers le Honduras et informé de l’importance commerciale du port d’El Tigre, visita celui-ci vers l’année 1525. Pour pouvoir continuer son voyage, il fit ouvrir des chemins et construire des ponts en bois, mentionnées par le chroniqueur Villagutierrez qui écrivit, vers 1700, « qu’il en reste quelques uns et qu’on les appelle les ponts de Cortés ».

Horaires
Du lundi au dimanche de 8h00 à 17h00
Tarifs
35 pesos
Comment y aller

Le site se trouve dans le sud-ouest de l’état du Campeche dans la municipalité de Candelaria, à 40 kilomètres du village du même nom. On y accède en canot, depuis la commune de Candelaria et en empruntant la rivière du même nom ; ou par voie terrestre, suivre la route Escárcega–Villahermosa et, à la hauteur de Nuevo Coahuila, prendre la bifurcation vers Monclova (13,5 kilomètres) qui mène directement au site. De la capitale de l’état, le site se trouve à 40 kilomètres de Candelaria et à 500 mètres du village du même nom.

Galerie

Plan et adresse

mapa
De la capitale de l’état, le site se trouve à 40 kilomètres de Candelaria et à 500 mètres du village du même nom.